Qu’est-ce que la viande halal ?

Le Halal, dans l’Islam, ne concerne pas seulement la viande ou l’alimentation. Le mot « Halal » qualifie tout ce qui est conforme à la morale musulmane. On parle d’aliments halal, mais aussi d’hôtels halal, de conditions de travail halal, etc. En fait, il s’agit d’un code régissant la vie des musulmans. En quoi consiste exactement ce code, appliqué à la viande halal que nous trouvons partout dans le commerce ?

En arabe, le mot « halal » signifie ce qui est permis, ce qui est licite, au regard de la loi islamique, c’est-à-dire la Charia. À l’inverse, les produits non autorisés par la Charia sont qualifiés de « haram », mot arabe signifiant interdit. En matière de viande, l’Islam autorise la consommation de nombreuses espèces animales. Sont par exemple autorisées la consommation de viandes ovines, bovines, caprines, ainsi que les volailles, le lapin, et même, ce qui est plus rare dans nos contrées occidentales, la consommation de viande cameline (chameau ou dromadaire). À part le porc, qui est définitivement « haram », les autres espèces de viandes peuvent être certifiées halal, à la condition qu’elles aient été produites selon un rituel d’abattage islamique.

L’abattage rituel des viandes halal

La méthode d’abattage prescrite par la loi islamique s’appelle la Dabihah. L’abattage doit être effectué par un sacrificateur appartenant aux « gens du Livre », c’est-à-dire une personne pratiquant une religion dont les commandements, transmis par un prophète, ont été écrits sur un livre sacré. Ainsi, le sacrificateur halal peut être soit musulman, soit juif, soit chrétien. L’outillage requis pour l’abattage halal est un couteau parfaitement affûté, et au tranchant ne présentant aucun défaut. Le sacrificateur exécutera l’animal en invoquant le nom d’Allah, en prononçant en arabe « Bismillah Allahi al-Rahman al-Rahim » (Au nom de Dieu le très miséricordieux le tout miséricordieux). L’animal à sacrifier doit avoir la tête tournée en direction de la Mecque, et être en état de conscience avant l’égorgement. Il s’agit de trancher simultanément carotide, œsophage, jugulaire et trachée. De cette manière, le sang de l’animal, qui est considéré comme impur, giclera efficacement hors de l’animal, dont les dernières convulsions viendront parfaire le drainage. Une fois abattu selon ce procédé, vient l’étape de la certification halal.

La certification halal

La certification halal est une étape nécessaire pour qu’une viande soit déclarée propre à la consommation au regard de la loi islamique. La certification est accordée après vérification que la viande répond à tous les points d’un cahier des charges strict. À l’intérieur de ce cahier des charges figurent l’espèce animale concernée et le respect de la méthode d’abattage halal, la dabihah. Le contrôle concerne également les méthodes de transformation, de conditionnement et de commercialisation qui doivent être conformes au cahier des charges halal. En France, les organismes de certification halal sont habilités par la Grande Mosquée de Paris, la Mosquée d’Évry et la Grande Mosquée de Lyon. La certification halal est taxée entre 10 et 15 centimes d’euro par kilo de viande. Elle rapporte 50 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel aux organismes de certification halal.